< Retour au Tila Mag Dans le sac de Paloma Coquant

Jeune actrice à l’avenir prometteur, Paloma est notre Parisienne du mois. Passée par New York, elle nous raconte son amour pour Paris et le cinéma d’auteur, et nous confie ce que l’on peut trouver dans son sac Tila March.
Peux-tu te présenter et nous raconter ton parcours ? Comment es-tu devenue actrice ?
 
J’ai commencé le théâtre quand j’étais petite pour m’amuser. À 20 ans, je suis partie aux États-Unis pour mes études en communication et art. Il y avait aussi des cours de cinéma dans mon école, et j’ai souhaité y participer. J’ai demandé à ma directrice si c’était possible et elle a accepté. C’est à ce moment-là que je me suis prise d’amour pour le cinéma. À côté de ça je prenais des cours de théâtre à New York. Après deux belles années aux États-Unis, j’ai décidé de rentrer à Paris et j’ai commencé à travailler dans une société de production. Grâce à cette expérience professionnelle, j’ai découvert l’autre côté du métier d’acteur et j’ai rencontré mon premier agent.
Récemment j’ai tourné la deuxième saison d’une série qui s’appelle « Munch » qui est actuellement diffusée sur TF1. J’ai également eu la chance de jouer dans Otages à Entebbe, de José Padhila, le réalisateur de Narcos, Santa et compagnie d’Alain Chabat, ou encore Rock’n Roll de Guillaume Canet.
Dans mon temps libre, je fais aussi un peu de photo, c’est mon espèce d’intermittence à moi.

As-tu décidé de rentrer à Paris pour raison particulière ?
 
Tout simplement parce que je suis une dingue du cinéma français. Je rêve de travailler sur de jolis projets français. Le cinéma français est riche et authentique, les acteurs ici n’ont pas la même façon de travailler que les acteurs aux États-Unis. Mais ce n’est pas la seule raison de mon retour. Paris est une ville sublime et ma vie parisienne me manquait beaucoup. Il y a tellement de choses à faire ici, beaucoup d’expositions, de concerts, ce genre d’activités m’intéresse beaucoup.

Comment prépares-tu les personnages que tu interprètes ?
 
Tout dépend du personnage. Certains demandent une vraie préparation et beaucoup de recherches, d’autres moins parce qu’ils sont plus proches de soi. Ça devient alors plus instinctif, plus naturel.
En France, on a parfois cette liberté de se mettre les mots en bouche, de faire un peu comme on le sent, et lorsque le personnage est assez proche de nous, ça ne le rend que plus vrai. Autrement c’est aussi très intriguant d’avoir à travailler à l’inverse sur une personne qui a un tout autre caractère, dont la diction, et la nature sont très éloignées de qui l’on est.
Quel est ton rapport aux vêtements, à la mode ?
 
J'adore ça ! J'adore les jolies choses ! Je ne suis pas forcément une fille « girly », mon rapport à la mode est plutôt sain. J’aime m'habiller, me sentir bien dans mes vêtements. J'adore découvrir de nouvelles marques. Mais bizarrement je déteste faire du shopping. J'adore porter des costumes, des chemises ou des T-shirts, je peux avoir un peu look à la garçonne. J'aime beaucoup les bons basiques qu’on peut porter toute la journée sans se sentir mal.
 
Quelle est ta tenue idéale ?
 
Ma tenue idéale serait un pantalon taille haute, un tee-shirt rentré dedans, un blazer/veste et des baskets. Comme accessoire je choisirais un beau sac. Pour moi, ce qui est important dans le style d’une femme c’est un joli sac, une belle veste car il s’agit de pièces qui habillent. De jolies chaussures aussi. Ce sont les détails qui ont de l’importance.
 
Es-tu parisienne d’origine ?
 
Je viens du 16ème arrondissement mais il s’agit du quartier que j’aime le moins à Paris, surement parce que j’y suis restée trop longtemps. Je préfère largement Montmartre. C’est mon quartier préféré depuis que je suis rentrée en France. Pour rien au monde je ne souhaiterais partir de cet endroit. J’ai deux chiens et je trouve que c’est un quartier idéal pour les animaux. C’est ma campagne à moi, je n’ai pas l’impression d’habiter à Paris. Étant actrice je travaille beaucoup de chez moi quand je prépare un casting ou un tournage, du coup c’est très important pour moi que mon environnement soit paisible.
 
Quelles sont les adresses que tu recommandes à Paris ?
 
Pour manger sain, je dirais Sarra rue Mandar, où tous les plats sont à base de sarrazin. Pour se faire de bonnes bouffes je dirai Neso, rue Papillon, Kitchen Ter(re) boulevard Saint Germain ou Amici Miei rue Saint Sabin, et pour boire du bon vin nature, Benichat rue Bichat.
Pour faire du shopping, mon plaisir coupable se trouve toujours chez Roger Vivier ou Tara Jarmon. Sinon j’adore les marques françaises « faites maison », le plus souvent je les découvre sur instagram. J’adore Da/Da Diane Ducasse, Bonanza, Maison Cleo, Mirae, Flolove. Ce sont souvent de toutes petites équipes, voire solo, qui se donnent beaucoup de mal et qui méritent d’être mises en lumière. Mon coup de coeur s’appelle Ateliers Marli. C’est une marque crée il y a peu de temps par mon amie Amélie qui dessine des cabas entièrement faits à partir de chutes de grandes maisons de couture, et réalisés par des personnes en situation de handicap.
Comment définirais-tu la Parisienne ?
 
La Parisienne, elle est bien dans ses baskets, elle a du charme, elle est charismatique.  C’est une femme chic, qui est bien dans ses pompes, jolie et un peu nonchalante, très naturelle.
 
Pourquoi as-tu choisi ce sac ?
 
Je l’ai choisi parce qu’il s’agit d’un format parfait pour moi. J’ai toujours un livre dans mon sac donc il est impératif qu’il soit assez grand. Je l’ai choisi bordeaux parce que c’est une super couleur pour l’hiver, tout comme le kaki. Et la bandouliere, est un indispensable pour moi, il faut que tout soit PRA-TIQUE.
 
Que peut-on retrouver dans ton sac au quotidien ?
 

J’ai toujours une gourde car je ne veux pas utiliser de bouteille en plastique, un baume à lèvres, un bouquin, un porte-cartes, mes clés, mes lunettes de soleil (c’est très important), et mes écouteurs car j’écoute beaucoup de musique.
 
As-tu un message à faire passer à nos Parisiennes ?

J’ai juste envie de dire à toutes les femmes qu’elles sont belles simplement, qu’il n’y a pas besoin d’artifices. Il faut juste être soi-même. C’est ce qui fait que l’on rencontre des gens intéressants et que l’on échange avec eux.

D'autres articles sur le même sujet